© Communauté de communes Sud Retz Atlantique
Métiers et activités d'antan

Des métiers et activités d’antan

Une corderie, une distillerie, une minoterie… des activités d’autrefois qui ont laissé place à un patrimoine architectural d’exception. Faire renaitre l’activité d’antan ou impulser une seconde vie à ces sites de mémoire.  Partez sur les traces de ces bâtiments, empreintes de territoire.

Fleuron du patrimoine industriel local

La Distillerie Seguin

Véritable témoin du passé industriel de la ville de Machecoul, la distillerie Seguin fait partie de ces entreprises qui ont marqué le territoire et ses habitants.

Implantée à proximité de la gare dans les années 1880, l’ancienne distillerie de Machecoul a été construite par la société Rémy Martin, grande maison de production de cognac toujours en activité, et est demeuré filiale de l’entreprise jusqu’à la fermeture définitive du site machecoulais en décembre 2007.

Aujourd’hui, les bâtiments de l’ancienne industrie sont toujours visibles et conservent en partie leurs dispositions d’origine. La distillerie, élément patrimonial de l’architecture industrielle de la fin du XIXe siècle, fait aujourd’hui l’objet d’études pour imaginer dans les années à venir une seconde vie dans ce lieu enclin de mémoire et savoir-faire.

Pour en savoir plus,    https://www.sud-retz-atlantique.fr/la-distillerie-des-initiatives-sud-retz-atlantique/

Le saviez-vous?

« La fine Bretagne Seguin », également appelée « la Fine Saint-Rémy », était produite à la distillerie.

La Corderie Plantive

« Faire découvrir un métier méconnu aux plus jeunes en revalorisant le patrimoine local »

À Machecoul, la corderie Plantive à travers l’histoire d’une famille de 3 générations de cordiers invite à découvrir un métier artisanal aujourd’hui méconnu. Lieu de patrimoine vivant, ce curieux atelier construit en 1900, raconte aussi l’histoire du Pays de Retz. La
corderie Plantive rejoint un ensemble de sites patrimoniaux et (touristiques) importants pour faire connaissance avec le territoire.

Grâce à l’énergie de l’association de sauvegarde créée en 2019, après deux années de travaux, la corderie restaurée, ouvre au public. Cet atelier, dont l’activité s’était arrêtée en 1996 à la mort de Louis Plantive, le dernier cordier, reprend vie aujourd’hui. L’ambition de
ce projet est de proposer la découverte d’un savoir–faire particulier, l’activité d’une corderie dont la production était presque entièrement dédiée à l’agriculture. C’est d’ailleurs en cela que la corderie Plantive est un élément original du patrimoine local.

Le lieu lui-même est peu banal, il abrite des outils et des machines qui permettent de comprendre les étapes de fabrication des cordes. Des démonstrations de tressage, mais également des activités et ateliers autour de la corde seront proposés aux visiteurs petits
et grands. Une approche concrète pour retrouver les gestes du cordier, jouer avec les fibres et cordes pourrait résumer l’invitation de la corderie Plantive.

Infos pratiques :
Horaires : Mercredi et samedi (de juillet à septembre)
10h- 12h / 15h-18h
Octobre – mai sur réservation
Groupes : réservation conseillée – corderie.plantive@gmail.com
Tarifs : adultes, 5€, entrée libre pour les moins de 12 ans
Groupes : 4€ à partir de 8 participants

Le Four à Chaux

Le four à chaux de l’île Saint-Michel a été construit vers 1850. On peut encore voir le four, le hangar de stockage de la chaux ainsi que les rampes de rangement. Après 2 jours de cuisson à 1200°, la chaux était retirée et stockée à l’abri des intempéries dans le hangar attenant directement au four. Elle était ensuite chargée à la brouette et par rampes dans les charrettes à « barattes ». Le site du Four à Chaux a été restauré en 2001.

Point de vue : monter sur le toit du Four à Chaux pour apercevoir le marais breton.

Une table d’orientation est aménagée sur ce site.